Comprendre la concession : Définition, avantages et droit

Définition Juridique du Contrat de Concession
Définition Juridique du Contrat de Concession

La concession est un terme fréquemment utilisé dans divers domaines tels que le commerce, l’industrie, et l’administration publique. Il s’agit d’un concept lié à l’exercice de droits ou de prétentions sur des biens ou des services, qui engendrent généralement un avantage économique pour la partie concernée. Cet article vous propose de découvrir la définition de la concession, ses avantages et les différents droits y afférents.

Qu’est-ce qu’une concession ?

Une concession peut être définie comme un contrat par lequel une personne, appelée concédant, accorde à une autre personne, dite concessionnaire, le droit d’exploiter un bien, un service ou une activité en contrepartie d’une redevance ou d’un prix. La concession implique généralement une relation contractuelle entre deux parties juridiques distinctes, et permet au concessionnaire d’obtenir un avantage économique grâce à l’exploitation du bien ou du service concédé.

Les différentes formes de concession

On distingue plusieurs types de concessions :

  • La concession de service public : Dans ce cas, il s’agit d’un contrat passé entre une administration publique (concédante) et une personne publique ou privée (concessionnaire), qui confère à cette dernière le droit d’exploiter un service public en percevant des redevances auprès des usagers. La concession de service public peut concerner des activités variées telles que le transport, la distribution d’eau, l’électricité, etc.
  • La concession d’ouvrage : Ici, la concession est accordée pour la réalisation et l’exploitation d’un ouvrage ou d’une infrastructure destinés à un usage public. Par exemple, la construction d’un pont, d’une autoroute ou d’un bâtiment public. Le concessionnaire perçoit alors une redevance auprès des usagers pour le financement du projet.
  • La concession industrielle : Dans ce cas, une entreprise (concédante) accorde à une autre entreprise (concessionnaire) le droit d’utiliser ses procédés, son savoir-faire ou sa marque en échange d’une redevance, appelée royalties. Cette forme de concession permet à l’entreprise concessionnaire de bénéficier de l’expertise et de la notoriété de la société concédante pour développer son activité.
Lire aussi :  Comprendre le linéaire développé en aménagement de points de vente

Les avantages de la concession

La concession présente plusieurs avantages tant pour le concédant que pour le concessionnaire :

Pour le concédant

  1. La maîtrise des risques : En confiant l’exploitation du bien ou du service à un tiers plus compétent ou expérimenté, le concédant limite les risques économiques liés à l’activité.
  2. L’allègement de la charge financière : Dans le cadre d’une concession d’ouvrage par exemple, le concédant n’est pas tenu d’assumer la totalité des coûts de construction et de maintenance de l’infrastructure ; ces dépenses étant prises en charge par le concessionnaire.
  3. La valorisation de son patrimoine : La concession permet au concédant d’accorder en contrepartie une redevance, dont le montant peut être déterminé en fonction du succès commercial ou de la pérennité de l’exploitation par le concessionnaire.

Pour le concessionnaire

  1. L’accès à des ressources : En obtenant le droit d’exploitation d’un bien ou d’un service, le concessionnaire bénéficie d’une opportunité de développement économique qui peut accroître ses profits, sa notoriété et sa compétitivité sur le marché.
  2. La facilitation de l’investissement : Dans certains cas, la concession permet au concessionnaire de bénéficier de financements publics ou d’allègements fiscaux. De plus, il est souvent possible de recourir à un emprunt pour financer l’exploitation du bien ou du service concédé.
  3. L’exclusivité : Lorsqu’il s’agit d’une concession exclusive, le concessionnaire détient un monopole temporaire sur l’exploitation du bien ou du service, ce qui limite la concurrence et favorise la rentabilité de l’activité.

Les droits et obligations liés à la concession

Dans le cadre d’une concession, les parties contractantes disposent de droits et obligations mutuellement consentis. Voici quelques exemples :

Lire aussi :  Définition de ROAS et comment le calculer

Les droits du concédant

  • Droit de contrôle : Le concédant peut vérifier que le concessionnaire respecte les conditions, les normes et les spécifications prévues par le contrat de concession.
  • Droit d’intervention : Si le concessionnaire manque à ses obligations ou ne fournit pas un service satisfaisant aux usagers, le concédant a la possibilité de prendre des mesures telles qu’une mise en demeure, une résiliation du contrat ou une reprise en régie directe de l’exploitation du bien ou du service. »
  • Droit de percevoir une redevance : Le concédant a droit à une compensation financière pour l’utilisation de son bien ou de son service par le concessionnaire. »

Les droits du concessionnaire

  • Droit d’exploiter : Le principal droit du concessionnaire est celui d’utiliser et d’exploiter le bien ou le service concédé selon les termes convenus dans le contrat de concession. »
  • Droit de fixer le prix : Dans certaines formes de concessions, le concessionnaire peut déterminer librement la tarification des prestations fournies aux usagers. »
  • Droit de recours : En cas de litige avec le concédant, le concessionnaire dispose de voies de recours légales pour défendre ses intérêts et obtenir réparation des préjudices subis. »

Les obligations du concédant

  • Obligation d’information : Le concédant doit fournir au concessionnaire toutes les informations nécessaires pour l’exécution du contrat. »
  • Obligation de garantie : Le concédant doit assurer au concessionnaire que le bien ou le service concédé est en bon état et conforme aux normes et réglementations en vigueur. »
  • Obligation de coopération : Le concédant doit faciliter la réalisation des objectifs fixés par le contrat et apporter son assistance à chaque fois que cela s’avère nécessaire pour l’exécution de la mission du concessionnaire. »
Lire aussi :  Définition de la démarque et son impact sur le commerce

Les obligations du concessionnaire

  • Obligation d’exploitation : Le concessionnaire doit assurer une exploitation effective, efficiente et continue du bien ou du service concédé, conformément aux dispositions du contrat et aux exigences légales et réglementaires en vigueur. »
  • Obligation d’entretien : Le concessionnaire prend à sa charge la maintenance et l’entretien du bien ou du service concédé. Il veille également à ce que la qualité des prestations fournies soit conforme aux normes prévues dans le contrat de concession. »
  • Obligation de paiement : Le concessionnaire doit verser au concédant la redevance convenue, selon les modalités et échéances déterminées dans le contrat. »

La concession est un mécanisme contractuel qui offre une solution adaptée pour l’exploitation de biens et de services. Elle apporte des avantages économiques, juridiques et techniques tant pour le concédant que pour le concessionnaire. Toutefois, il convient de souligner que les droits et obligations découlant d’une concession sont strictement encadrés par le contrat de concession et la législation en vigueur.

Vous aimerez aussi...