Quelles sont les deux catégories de logiciels malveillants malware ?

Comprendre les deux principales catégories de logiciels malveillants (malware)

Les logiciels malveillants, souvent appelés «malwares», sont des programmes ou applications qui causent des problèmes sur nos appareils en volant des données, en prenant le contrôle de nos systèmes, ou simplement en détériorant leur fonctionnement. Dans cet article, nous allons explorer les deux principales catégories de malwares et comment ils se manifestent.

Les logiciels malveillants à but financier

Cette catégorie inclut tous les malwares conçus pour extorquer de l’argent aux victimes. Ils fonctionnent généralement en obligeant leurs victimes à payer une rançon pour récupérer des données chiffrées ou accéder à nouveau à leurs systèmes. On retrouve principalement :

Le ransomware

Le ransomware est un type de malware qui chiffre les fichiers d’un utilisateur, rendant ainsi inaccessibles ses photos, documents et autres données personnelles. Après avoir infecté et chiffré un appareil, les cybercriminels exigent généralement une rançon (souvent payée en crypto-monnaie), en échange d’une clé permettant de déchiffrer ces fichiers. Parmi les exemples célèbres de ransomware, on peut citer WannaCry, TeslaCrypt et Locky.

L’extorsion par phishing et ingénierie sociale

L’ingénierie sociale englobe toutes les techniques employées par les cybercriminels pour manipuler leurs victimes et les inciter à dévoiler involontairement des informations sensibles. Une sous-catégorie de l’ingénierie sociale est le phishing, qui utilise généralement des e-mails semblant provenir d’une source légitime (banque, entreprise, service public) pour récolter des informations personnelles ou financières.

Lire aussi :  Les médias sociaux c'est quoi et pourquoi les utiliser ?

Le vol de données bancaires et de cartes de crédit

Ce type de malware vise spécifiquement les transactions financières en ligne pour obtenir des numéros de cartes de crédit, identifiants bancaires et autres informations sensibles. Ils peuvent prendre diverses formes : logiciels espions, attaques par « man-in-the-middle » (interception des communications entre deux parties), faux sites web de banques ou de commerce en ligne…

Logiciels malveillants à but non financier

Cette catégorie regroupe tous les types de malwares dont l’objectif n’est pas directement lié à l’argent, mais plutôt au vol d’informations, à la surveillance, au contrôle à distance des machines infectées, voire simplement à la perturbation du fonctionnement normal d’un appareil. Parmi eux :

Les spywares

Comme leur nom l’indique, les spywares (logiciels espions) sont conçus pour récolter des informations sur l’utilisateur sans son consentement. Ces informations peuvent inclure des habitudes de navigation, des mots de passe, des e-mails, des frappes clavier (« keylogging ») et même l’activité de la webcam. Ces données peuvent être ensuite utilisées pour du vol d’identité, du chantage ou simplement revendues sur le marché noir à d’autres cybercriminels.

Les adwares

Les adwares (logiciels publicitaires) sont des programmes qui affichent des publicités intempestives ou modifient les pages web visitées pour y insérer des annonces. Bien qu’ils soient moins dangereux que les autres types de malwares, ils peuvent grandement nuire à l’expérience utilisateur en ralentissant la navigation et en créant une véritable nuisance visuelle. Les revenus générés par ces publicités indésirables servent souvent à financer d’autres projets malveillants.

Les bots et botnets

Un logiciel malveillant faisant partie d’un botnet infecte un ordinateur, puis utilise cette machine comme « zombie » pour propager davantage le malware ou effectuer des attaques coordonnées à grande échelle (DDoS, spam, fraude publicitaire…). Grâce au contrôle d’un grand nombre de machines infectées, les cybercriminels peuvent accomplir diverses tâches malveillantes sans se faire détecter.

Lire aussi :  Créer un site internet qui inspire confiance à vos visiteurs

Les chevaux de Troie

Les chevaux de Troie sont des malwares déguisés en programmes légitimes ou intégrés dans des logiciels apparemment inoffensifs. Une fois activé, le cheval de Troie permet au pirate informatique d’accéder à distance au système infecté et d’exécuter diverses actions malveillantes : vol d’informations, téléchargement de logiciels malveillants supplémentaires, destruction de fichiers…

Comment se protéger des logiciels malveillants

Lutter contre les malwares nécessite une approche proactive et une vigilance constante. Voici quelques bonnes pratiques pour renforcer la sécurité de vos appareils :

  1. Maintenez votre système d’exploitation et vos applications à jour pour bénéficier des dernières mises à jour de sécurité.
  2. Installez un bon antivirus et mettez-le régulièrement à jour pour détecter et éliminer les menaces.
  3. Faites des sauvegardes régulières de vos données afin de pouvoir récupérer rapidement en cas d’infection par un ransomware.
  4. N’ouvrez pas les pièces jointes suspectes ou les liens dans les e-mails non sollicités.
  5. Utilisez des mots de passe forts et uniques pour chaque compte en ligne.
  6. Activez l’authentification à deux facteurs (2FA) sur vos comptes sensibles.

En comprenant les différentes catégories de logiciels malveillants et en adoptant les bonnes pratiques en matière de cybersécurité, vous réduirez considérablement les risques encourus par vos appareils et vos données personnelles.

Vous aimerez aussi...