Industrie agroalimentaire : optimisez vos coûts !

Dans le secteur de l’industrie agroalimentaire actuel, les matières premières valent de plus en plus cher. Pourtant, les prix de vente limités ne permettent pas de combler ces dépenses. Écouler plus de marchandises n’est toujours pas la meilleure solution pour pérenniser les activités. La réduction des coûts se révèle nécessaire pour assurer la rentabilité et la compétitivité d’une entreprise sur le marché. De l’astucieux achat d’occasion à l’adoption de pratiques durables, voici comment optimiser les charges et maximiser les profits.

Des technologies efficaces pour réduire les coûts de production

La techfood ou l’ensemble des technologies utilisées dans la chaîne de production alimentaire participe à la réduction du gaspillage. L’agriculture de précision emploie des capteurs intelligents, des drones ou des satellites qui permettent de déterminer rapidement les problèmes et de les corriger. Cela diminue les temps d’arrêt et les pertes. L’on assiste à l’émergence de l’intelligence artificielle et de l’agriculture connectée, capable de fournir un contrôle global de l’environnement.

Dans les serres IA, les conditions de développement des plantes peuvent être ajustées. On note aussi les procédés de protection comme l’emballage qui devient d’ailleurs intelligente. Elle peut donner des indications sur les caractéristiques des produits et favoriser la réduction des déchets.

L’utilisation de machines industrielles à haute vitesse accélère les processus de fabrication. Elles contribuent à l’automatisation des tâches des répétitives. Les coûts liés à la main-d’œuvre sont alors modérés tout en améliorant l’efficacité opérationnelle et les bénéfices. Les technologies de conservation telles que la congélation, la pasteurisation, prolongent la durée des aliments et minimisent les pertes.

Lire aussi :  Qu'est ce que le prototypage rapide ?

Par ailleurs, de nouveaux projets émergent pour soutenir le secteur. C’est le cas de l’agriculture verticale qui consiste à empiler les plantes les unes sur les autres dans un environnement contrôlé. Économique en eau et en terre, elle permet une production toute l’année, même dans les zones urbaines.

Réduire les dépenses avec l’achat d’occasion

Que ce soit pour les engins de fabrication, de conditionnement, les outils d’emballages et autre matériel industriel, l’achat de seconde main est une belle alternative écologique. Il s’inscrit dans une logique de durabilité, en redonnant vie à des appareils qui auraient pu finir en déchets pour l’environnement.

Plus abordable que les équipements neufs, les machines d’occasion permettent de réaliser des économies significatives. En dehors de leur prix intéressant, elles sont généralement peu utilisées et robustes. Elles offrent des niveaux de performances et de fiabilité élevés.

Pour un approvisionnement dans le cadre d’un nouveau projet ou remplacer un engin défectueux, rendez-vous sur des sites spécialisés. Sur le marché, plusieurs marques font des propositions attractives. Des machines au prix compétitif peuvent être montées et ajustées selon les exigences de l’acquéreur. En choisissant des instruments agroalimentaires bien entretenus et vérifiant leur qualité, les entreprises peuvent profiter de leur remarquable durabilité.

De plus, les vendeurs fournissent habituellement les mêmes garanties. La disponibilité des appareils permet de les obtenir dans un délai plus court pour réduire les pertes de temps. Grâce à la diversité de l’offre, il est possible de trouver une variété d’équipements pour combler un besoin spécifique.

Adopter des pratiques durables pour la gestion des déchets agroalimentaires

Les dépenses associées au transport et au traitement des déchets peuvent servir autrement grâce à la valorisation. Les entreprises devraient considérer les éléments organiques comme des ressources potentielles et non des fardeaux. Les solutions de gestion telles que le recyclage en vue d’une réutilisation, se révèlent intéressantes pour économiser. Il sera par exemple possible de vendre les sous-produits de l’industrie, notamment à destination de la consommation animale. La commercialisation de protéines et de matière spécifiques comme les nutraceutiques peut alors être envisagée.

Lire aussi :  Le contrôle non destructif : définition et méthodes

Les sociétés pourraient réaliser le compostage de proximité, idéal pour obtenir de l’engrais naturel afin de diminuer les coûts liés aux composants chimiques. Grâce à la méthanisation ou digestion anaérobie, les déchets peuvent être transformés en biogaz convertible en énergie.

Par ailleurs, les frais et amendes en cas de non-conformité réglementaire peuvent être importants. Adopter des pratiques durables permettra également d’optimiser ces coûts. Il faudra instaurer des dispositifs de collecte, de tri et de stockage appropriés. Les employés devront être sensibilisés par rapport à ces méthodes : leur rôle est crucial pour changer les habitudes. L’objectif sera aussi d’œuvrer à la limitation des déchets produits et la mise en place d’un système de suivi pour surveiller les progrès dans ce sens.

Industrie agroalimentaire : optimiser la chaîne d’approvisionnement pour minimiser les coûts

La gestion des acteurs et des procédures de la fabrication à la consommation est rythmée par de nombreux défis. Les perturbations logistiques et les menaces sanitaires pour ne citer qu’eux peuvent la complexifier. Pourtant, adopter des solutions précises peut améliorer le circuit. Les entreprises peuvent faciliter le suivi des produits sur la chaîne en utilisant la blockchain. Elle affine leur traçabilité et permet d’ailleurs de rehausser l’image de la marque auprès des clients.

Une planification stratégique de la demande favorise l’anticipation des fluctuations. La collaboration étroite entre les professionnels sera nécessaire pour se renseigner sur les besoins du marché, mais aussi pour réduire les délais et les coûts de transport. L’ IA s’immisce à ce niveau pour perfectionner les itinéraires de livraison. L’analyse de données apporte une option intelligente pour optimiser l’ensemble des processus et minimiser les risques.

Lire aussi :  Définition de la fabrication additive : Les détails essentiels à connaître

L’adoption de logiciels tels que les systèmes ERP contribue à une meilleure gestion des informations. De même, il faudra prévoir des outils de management du stock comme la méthode du Juste-à-temps pour diminuer les dépenses liées à l’entreposage et limiter le gaspillage. Encore appelée JAT, elle consiste à s’approvisionner uniquement au moment de l’usage des éléments.

Comment améliorer l’efficacité énergétique des installations ?

L’évaluation de la consommation énergétique est un préalable à la recherche de solutions sur ce plan. La réduction des coûts pourra passer par la configuration de dispositifs de récupération de chaleur. Ils réutilisent celle produite par les équipements dans d’autres processus. Les variateurs de vitesse constituent aussi un moyen innovant pour optimiser les opérations. Ils permettent d’adapter la vitesse aux besoins réels du procédé afin de baisser les factures tout en augmentant le rendement.

En outre, il faudra s’assurer de la performance de l’isolation thermique des bâtiments pour empêcher les pertes d’énergie. En intérieur ou en extérieur, cette opération devra être effectuée avec des matériaux durables par un prestataire qualifié pour éviter toutes bévues.

Les outils obsolètes devront être remplacés par des modèles écoénergétiques. L’usage de sources d’énergie renouvelable, solaire, éolienne ou biomasse devrait être exploré. Des audits réguliers aideront à identifier les domaines dans lesquels l’optimisation d’énergie est possible.

En intégrant ces stratégies, les entreprises de l’industrie agroalimentaire peuvent réaliser des économies significatives tout en contribuant à la protection de l’environnement.

Sources

https://fastercapital.com/fr/contenu/L-innovation-dans-l-industrie-de-la-technologie-alimentaire—tendances-emergentes-que-vous-devez-connaitre.html#Quelles-sont-les-technologies-les-plus-couramment-utilis-es-dans-la-technologie-alimentaire
https://www.valoy-conseil.fr/blog/rentabilite-pme-agro-alimentaire-reduire-couts
https://www.chantalat.com/vente#:~:text=Pourquoi%20acheter%20du%20mat%C3%A9riel%20agroalimentaire,sur%20une%20ligne%20de%20production
https://www.prorec.ca/2023/04/20/valoriser-dechets-agroalimentaires/
https://medium.com/@contact_88477/lefficacit%C3%A9-%C3%A9nerg%C3%A9tique-dans-l-industrie-agroalimentaire-8fc030e62c6a

Pourquoi mettre en place un système de récupération de chaleur et sur quels équipements ?


Livre-Blanc-ABB_Efficacité_Energetique_Agroalimentaire_FR.pdf (energyefficiencymovement.com)

Vous aimerez aussi...